bauhaus
imaginista
Article

Le Concept des « 3 A » chez CHABAA

« L’architecture est l’une des expressions des arts plastiques »

(Mohammed CHABAA, in: Alam Attarbia, n°11, p 36, 2001.)

 

Chez CHABAA, la conscience patrimoniale et l’intérêt pour l’architecture se manifestèrent très tôt. La découverte des principes de la Renaissance italienne et celle de l’Ecole du Bauhaus lors de son séjour d’études à Rome, constitueront le point de départ de son concept des « 3 A ». Dès lors, relier Art, Architecture et Artisanat revêtira un intérêt central. Un concept qu’il aura farouchement défendu et appliqué tout au long de son riche parcours.

Rome, 1962. L’avant-garde artistique italienne, dont cette ville est la plateforme tournante est fortement influencée par les principes fondateurs de l’Ecole du Bauhaus, créée par Walter Gropius, en 1919. Outre les cours d’initiation au Bauhaus dispensés à l’Académie des Beaux-arts, CHABAA y découvre l’architecture de la renaissance italienne, conçue à l’époque comme un art majeur, englobant toutes les formes d’expression plastique. Ces préceptes font écho chez lui et offrent une réponse inattendue à ses préoccupations liées au rapport entre Art, Architecture et Artisanat.

L’Architecture: Une Histoire de Passion

Né d’un père Maître-maçon et chef de chantiers, CHABAA avait un sens inné de l’espace. Son intérêt pour l’architecture pris forme dès son premier emploi décroché à sa sortie de l’école des Beaux-arts de Tétouan, au sein du département « Architecture », au Ministère de la Jeunesse et des Sports. Bien qu’engagé initialement comme dessinateur-projetteur auprès de l’architecte français en charge à l’époque des projets de construction, il est rapidement promu à la fonction de responsable du suivi des chantiers. C’est ainsi qu’il s’initie aux bases de la conception architecturale et y prend goût. CHABAA prend connaissance de la complexité du métier d’architecte: imaginer une construction, en faire une esquisse, en dessiner les plans, penser les questions techniques liées à sa réalisation, sans pour autant en négliger l’aspect esthétique. Vaste programme !

Quelques années plus tard, lorsqu’il est admis à poursuivre ses études supérieures à l’Académie des Beaux-arts de Rome, CHABAA opte naturellement pour l’architecture d’intérieur comme spécialité. Son intérêt pour la troisième dimension se confirme. Avec bonheur, Rome se révèle un musée à ciel ouvert : sculptures, peintures, gravures et autres expressions artistiques y sont exposées et intégrées à l’espace architectural et urbain : places, placettes, églises, avenues, cours intérieures, etc. Les leçons architecturales du « quattrocento » et du baroque sont partout visibles. Certaines constructions baroques où l’art de l’ornementation atteint son apogée évoquent à CHABAA les palais et les demeures marocaines traditionnelles, où bois sculpté et peint, plâtre ciselé, verre multicolore et autres mosaïques zelliges s’intègrent au bâti magnifiant le résultat final. La découverte de l’art occidental dans ce nouveau milieu lui ouvre les portes de la réflexion et l’amène à reconsidérer les arts traditionnels dans leur ensemble. Il constate que dans l’art traditionnel marocain, il n’existe pas de musée où l’on peut admirer les œuvres. Les créateurs marocains ne produisent pas selon un cadre convenu, comme c’était le cas en Europe ou ailleurs en Occident. Nos arts traditionnels sont directement intégrés à l’espace architectural, notamment les mosquées, les médersas, et les palais dans un souci aussi fonctionnel qu’esthétique et mettent l’accent sur le raffinement des formes et des couleurs. C’est ainsi que CHABAA fait une révélation importante : le créateur marocain devrait demeurer proche de l’architecture car cela s’inscrit dans la continuité du savoir-faire et du génie local. Par ailleurs, CHABAA découvre les travaux contemporains de Pierre Luigi Nervi, ingénieur-architecte, dont les réalisations d’une haute technicité sont des véritables chefs-d’œuvre artistiques. Par chance, il réussit à décrocher un stage chez un architecte italien célèbre. S’en suivront une série de stages importants qui lui donneront les outils indispensables à la connaissance du monde de l’architecture et ses enjeux.

De retour au Maroc en 1964, diplôme en poche, CHABAA intègre un cabinet d’architecture d’intérieur. Il participe à l’aménagement du Pavillon de l’Office National de l’Irrigation (ONI), à la Foire internationale de l’Agriculture à Casablanca et y conçoit une peinture murale, où la référence à l’espace urbain est évidente. L’intérêt pour l’architecture qu’il considérait « mère de tous les arts » trouvera ensuite à mieux s’exprimer suite à un événement inattendu advenu à l’Ecole des Beaux-arts de Casablanca qu’il avait intégrée comme enseignant en 1966.

En effet, dans le cadre de la préparation d’une exposition de travaux d’étudiants de fin d’année, CHABAA était entré en contact avec la direction de l’Urbanisme de Casablanca pour obtenir les plans du site de Sidi Abderrahmane. Ces plans devant servir de base aux étudiants pour un exercice d’intégrations murales, dans un complexe touristique à imaginer. Bernard Hamborjet, jeune architecte oeuvrant à l’époque au sein de la coopération française avait été chargé de lui livrer ces plans. Ayant pris connaissance du travail des étudiants, il tombe en admiration devant le résultat final, et en parle autour de lui, notamment à son ami l’architecte Patrice De Mazières. Piqué dans sa curiosité, ce dernier fait le déplacement à l’école, où il mettait les pieds pour la première fois. Entre De Mazières et CHABAA, l’entente est immédiate. De Mazières est subjugué par la méthode pédagogique d’avant-garde adoptée par l’équipe enseignante, en rupture totale avec l’académisme précédent. Cela l’intéresse au plus haut point. Il fait la connaissance également de Mohammed Melehi, collègue de CHABAA et celle de Farid Belkahia, directeur de l’établissement. Cette rencontre s’avérera décisive et sera l’élément déclenchant une série de collaborations entre l’architecte et les trois peintres dans le cadre de vastes projets d’équipements publics, dont des hôtels. A cette occasion, les peintres réalisaient des intégrations artistiques ou des panneaux muraux. CHABAA concevait parfois des systèmes d’éclairage plafonniers s’inspirant de motifs artisanaux ou réalisait la signalisation des lieux en calligraphie arabe. S’étalant sur quelques années, la collaboration entre CHABAA et le cabinet Faraoui & De Mazières se révéla fructueuse et permit à l’artiste de réaliser son rêve de travailler en dialoguant avec un architecte, dans le cadre de ce qui fut parmi les premières tentatives au Maroc d’intégration de l’art à l’architecture moderne.

Un autre événement viendra bientôt renforcer chez CHABAA la possibilité de relier les « 3 A ». En 1968, il se met à son compte et fonde « Studio 400 », un atelier de design et d’architecture d’intérieur. L’occasion rêvée de mettre en application son concept. Dans la totalité des projets menés dans le cadre de son atelier, CHABAA veillera à intégrer une à plusieurs animations murales et s’inspirera souvent de l’univers formel des arts traditionnels comme de ses matériaux pour la création du mobilier et le design des objets. Les exemples sont nombreux : le siège de la société COMANAV (1968), l’Office National de Commerce et d’Exportation (1969), le Terminal de Rabat-Salé (1969), le siège de la RAM à Bruxelles (1969), ou encore l’Hôtel d’Oujda (1970).

Parallèlement, et avec un groupe de peintres, il initie une série de manifestations artistiques en milieu urbain, dont l’exemple le plus célèbre est sans doute l’exposition à la Place Jamaâ El Fna, à Marrakech en 1969 et à Casablanca, Place du 16 novembre la même année. D’autres exemples sont l’exposition en plein air aux Lycées Mohammed V et Fatima Zohra à Casablanca organisées en 1971, la manifestation du Moussem d’Assilah en 1979 et celle de l’Hôpital psychiatrique de Berrechid, en 1981. Sans oublier les intégrations murales réalisées individuellement à Tanger, à différents points de la ville en 1987, dans le cadre de son nouveau plan directeur, et bien d’autres. Ces actions donneront forme à la vision propre à CHABAA d’un art inscrit dans le quotidien des individus et accessible au plus grand nombre, et rejoignent sa conception de la ville comme lieu d’exposition permanente.

Pédagogie de l’Art et de l’Architecture

Au début des années 80, une nouvelle opportunité fera son apparition dans le parcours de CHABAA avec la création de la première école Nationale d’Architecture (ENA), à Rabat. Celle-ci fait appel à lui pour l’enseignement des arts plastiques. De nombreux questionnements ayant trait à la part de l’enseignement de l’art dans la formation d’un architecte et la méthode à suivre pour y parvenir se posaient alors. Doit-on former des architectes dotés d’un sens artistique ou des « plasticiens-architectes » ? Tout cela intéresse CHABAA au plus haut point. Les leçons de Walter Gropius et de Franck Lyod Wright (son architecte préféré) toujours présentes à son esprit, lui inspirent d’emblée quelques axes d’orientation à proposer. Il se lie d’amitié avec un groupe de jeunes architectes motivés et bien décidés à apporter leur pierre à l’édifice de la formation de la première génération d’architectes au Maroc. Avec eux, il initie un atelier « Art et Architecture » et des séminaires sur l’art contemporain marocain, en plus de l’atelier d’arts plastiques dont il avait la charge. Avec les étudiants, il organise des visites commentées d’expositions d’art contemporain et des rencontres avec les artisans dans leurs ateliers, ou encore déplace ces derniers à l’école pour un atelier commun et un véritable échange avec la communauté. CHABAA entretenait par ailleurs des liens étroits avec l’Association Nationale des Architectes et des Urbanistes (ANAU) à l’origine de la création de l’Ecole Nationale d’Architecture avec laquelle il organisait de multiples activités au sein de l’école créant un lien continu avec les métiers d’art : séminaires avec les artisans ou voyages d’études, à la découverte des sources de l’artisanat des régions.

L’Amour des Arts Traditionnels

Durant les années 50, à l’occasion d’un voyage d’étude organisé au Palais de l’Alhambra, à Grenade, alors qu’il était jeune étudiant à Tétouan, CHABAA raconte n’avoir pu retenir ses larmes devant l’expression d’un raffinement sans égal des savoir-faire des maîtres-artisans andalous. Les traces de leurs gestes demeurées intactes des siècles durant, suscitaient son émotion. La parfaite adéquation de l’architecture et des décors intégrés était tout aussi troublante. CHABAA prit conscience très tôt de l’importance des arts traditionnels et leur impact sur ce qu’il nommait « la perception sensible », le développement du goût et la spiritualité des individus.

Alors qu’il enseignait à l’école Nationale d’Architecture de Rabat en 1985, une opportunité se présentera à CHABAA de concrétiser son souhait de se rapprocher davantage du monde des arts traditionnels. Il se voit proposer le poste de Conseiller artistique auprès de Mohammed Abied, Ministre de l’Artisanat et des Affaires Sociales de l’époque. Ce dernier lui confie la responsabilité de la gestion des problématiques liées aux métiers d’art, dont la formation des artisans. Après des visites de terrain du nord au sud, à la découverte de l’artisanat des différentes régions, CHABAA entreprend un véritable travail de répertoriage et d’archivage de ces métiers, dont certains étaient en voie de disparition. Accompagné par un photographe professionnel, il documente, illustre et classe ce qui fera l’objet d’une série de fascicules (par métier) édités par le Ministère. Ce qui le préoccupe, c’est l’évolution des savoir-faire artisanaux qui tendent à stagner et à disparaître faute d’une politique de valorisation et de prise en compte des besoins du secteur, dont l’artisan est le fer de lance. Il entreprend alors de lancer des concours d’artisans par domaine : sellerie, poterie, arts du tapis, etc. Des prix étaient remis aux meilleurs afin d’encourager l’excellence, la persévérence et la révélation des talents cachés. Pour davantage d’émulation, CHABAA instaure le Moussem National de l’artisanat, événement annuel qui réunissait des artisans des quatre coins du Maroc invités à exposer et à commercialiser leurs produits. Lors de ces expositions, un véritable travail de scénographie et d’éclairage était réalisé par CHABAA et visait à mettre en valeur les objets à l’intérieur de stands et de parcours conçus spécialement pour l’occasion. Une aile-galerie accueillait des expositions d’artistes contemporains et des tables-rondes en présence d’artistes, d’artisans et d’architectes. CHABAA organisa un voyage d’études à la région de Rissani, au sud du Maroc à la découverte de son patrimoine et y invita des architectes de l’Ecole Nationale d’Architecture, des artistes contemporains, des artisans de la région et des universitaires intéressés par les questions du patrimoine. Cette rencontre inédite donna lieu à un texte de recommandations ayant trait à l’avenir de l’artisanat de la région.

CHABAA travailla à la refonte des programmes des centres de formation artisanaux y intégrant parfois un architecte chargé de l’enseignement du dessin technique et de la conception. Il fut amené à concevoir un projet ambitieux d’Institut Royal du Design destiné à former des artisans-designers capables de faire évoluer leurs créations et créer le lien avec l’industrie, tout en améliorant les conditions de production et de diffusion de leur travail. Ce projet n’avait pu malheureusement voir le jour.

Une très belle illustration du concept des « 3 A » sera l’intervention de CHABAA à Rome en 1990, lors de la construction de sa nouvelle Mosquée. CHABAA y étudiera le projet d’intégration des arts traditionnels en compagnie des maîtres-artisans marocains dépêchés surplace : Houcine Lamane, Kamal Bellamine, Abdelali El Kandri, de l’architecte Paolo Portoghesi maître d’œuvre de la Mosquée et de l’ingénieur expert Vittorio Gigliotti. Il en résultera une nouvelle gamme de couleurs de mosaïques zellige, dont les traces exceptionnelles témoignent à ce jour d’une belle réussite des « 3 A ». Cette expérience unique lui valut en 1991 le titre de « Commandatore » (Commandeur) de la république italienne.

●Author(s)
●Latest Articles
●Article
Of Art and Politics — Hannes Meyer and the Workshop of Popular Graphics

The Mexico of President Lázaro Cárdenas del Río was a fertile ground for the development of ideological questions, especially those originating from the left. The expropriation of oil fields, mining and large estates in 1938, the refuge granted Spanish republicans and members of the International Brigades in 1939, and the accord of mutual support between the government and syndicalist organizations all favored the formation of artistic and cultural groups willing to take part in the consolidation of revolutionary ideals which, until that point, had made little progress. Among these organizations was the Taller de Gráfica Popular, the Workshop of Popular Graphics. → more

●Article
Lena Bergner: From the Bauhaus to Mexico

The story of Lena Bergner is relevant to the history of architecture and design on account of her career passing through different ideological and cultural contexts. Here we will discuss her life and work, focusing on her training in the Bauhaus, her time in the USSR and her time in Mexico, where, along with her husband the architect Hannes Meyer, over a ten-year period she undertook cultural projects of great importance. → more

●Article
Teko Porã — On Art and Life

Cristine Takuá is an indigenous philosopher, educator, and artisan who lives in the village of Rio Silveira, state of São Paulo, Brazil. She was invited to present a contemporary perspective on questions and tensions raised by interactions between the indigenous communities and the mainstream art system, as well as to address Brazil’s specific social and political context. → more

●Article
Working From Where We Are — Anni Albers’ and Alex Reed’s Jewelry Collection

Not by nature acquisitive and certainly not art collectors, Josef and Anni Albers began in 1936 to collect Mexican figurines and other artifacts unearthed from that land’s memory. They described the country, which they first visited in 1935, as “the promised land of abstract art.” Returning to Black Mountain College Anni Albers and Alexander Reed began experimenting with everyday articles to create a strange and beautiful collection of objects of personal adornment inspired by their visit to Mexico. → more

●Video
"Native Genius in Anonymous Architecture" by Sibyl Moholy-Nagy

Sibyl Moholy-Nagy understood herself as a traveling observer. In her book Native Genius in Anonymous Architecture Moholy-Nagy sought buildings that survived time because they had developed naturally out of the North American reality. In doing so she did not define one style, method or area but rather showed how builders found creative solutions to specific problems of site, climate, materials and skills.  → more

●Article
The “Workshop for Popular Graphic Art” in Mexico: Bauhaus Travels to America

The global developments that led in 1942 to the appointment of Hannes Meyer, second Bauhaus director, as head of the workshop for popular graphic art, Taller de Gráfica Popular (henceforth referred to as the TGP), made it a focal point for migrating Europeans in flight from fascism. This essay aims to shed light on how the TGP was influenced by Europeans granted asylum by Mexico before and during World War Two, and, conversely, to explore the degree to which these exiled visual artists, writers, and architects’ ideas came to be influenced by their contact with artists active in the TGP. → more

●Article
Don’t Breathe Normal: Read Souffles! — On Decolonizing Culture

The need for a synthesis of the arts and, with this, a change of pedagogical principles, was not only present at the beginning of the twentieth century (forces that prompted the Bauhaus’s foundation), but after WWII as well, during the “Short Century” of decolonization. . This second modern movement and its relation to modernism and the vernacular, the hand made, and the everyday was vividly expressed through texts and art works published in the Moroccan quarterly magazine Souffles, published beginning in the mid-1960s by a group of writers and artists in Rabat, Casablanca and Paris. → more

●Article
« Les Intégrations », Cabinet, Faraoui – De Mazières — Vers une Dématérialisation des Formes d’Art ?

Etudier les actions dans l’espace public revient à définir une historiographie de pratiques séminales contribuant à l’autonomisation du champ de l’histoire de l’art et de ses objets. A partir de 1966, le Cabinet d’architectes Abdeslam Faraoui et Patrice de Mazières met en œuvre le projet des Intégrations dont l’intermédialité entre l’art, l’urbanisme et l’architecture se distingue du corpus des actions organisées dans l’espace public. → more

●Article
École des Beaux-arts de Casablanca (1964–1970) — Fonctions de l’Image et Facteurs Temporels

Utopie culturelle vécue, posture éthique et préfiguration de la modernité artistique et culturelle marocaine, l’École des Beaux-arts de Casablanca est, de 1964 à 1970, le lieu de cristallisations d’aspirations sociales et artistiques portées par un groupe d’artistes et enseignants responsables d’une restructuration des bases pédagogiques. → more

●Article
The Bauhaus and Morocco

In the years when Western nations were committed in new projects of partnership, with what was then called the “Third World”, young artists and students from the Maghreb had grown up in the passionate climate of the struggle for independence, were talented, open to modernity, and eager to connect with twentieth-century international art movements, which were different in production and spirit from colonial ideology and culture. → more

●Article
Memories

I was sixteen years old when I undertook my first journey into finding a professional vocation, first in Asilah, then in Fez followed by Tétouan. 1952. Tangiers was, to me, an open book, a window on the world. The freedom of seeing, of discovering and of feeling, of weaving the narratives of my dreams. → more

●Artist Text
Research Project by Kader Attia

Looking into the history of objects, into their original practical and social function as well as into the circumstances of their transition to European and other countries of Western civilization, the artist Kader Attia aims at conveying the full identity of the objects and to follow the traces of their disappearance that still can be discovered today and call for repair. → more

●Article
Common Threads — Approaches to Paul Klee’s Carpet of 1927

Paul Klee’s Carpet, 1927, creates a conundrum for scholars as it does not neatly fit the existing theoretical models concerning how European artists engage with non-Western art and culture, while at the same time opening up exciting new avenues for inquiry. → more

●Article
Anni Albers and Ancient American Textiles

At the time Anni Albers wrote On Weaving in 1965, few discussions of Andean textiles “as art” had appeared in weaving textbooks, but there were numerous publications, many of which were German books published between 1880 and 1929, that documented and described their visual and technical properties. Albers almost single-handedly introduced weaving students to this ancient textile art through her writing and her artistic work.  → more

●Article
Andean Weaving and the Appropriation of the Ancient Past in Modern Fiber Art

Ancient and indigenous textile cultures of the Americas played a critical role in the development of the work of fiber artists who came of age in the U.S. in the late 1950s and 1960s. Anyone who has studied fiber art of this period, myself included, knows this well. They openly professed an admiration for traditions ranging from Navaho weaving, to the use of the backstrap loom in Mexico and Central America, to the ancient weaving techniques of Peru. → more

●Video
kNOT a QUIPU — An Interview with Cecilia Vicuña

In this recorded interview, Vicuña describes how after she first learned about quipu, she immediately integrated the system into her life. Quipu, the Spanish transliteration of the word for “knot” in Cusco Quechua, is a system of colored, spun and plied or waxed threads or strings made from cotton or camelid fiber. They were used by the Inca people for a variety of administrative purposes, mainly record-keeping, and also for other ends that have now been lost to history.  → more

●On-site report
Weaving Reflections — On Museology and the Rematriation of Indigenous Beings from Ethnological Collections

One primary question leading up to the bauhaus imaginista workshop and symposium had concerned the extent to which Bauhaus artists had been culturally informed by and subsequently appropriated Indigenous art. This essay examines ethnographic and natural history museology and how Indigenous cultures are perceived, translated and exhibited through Westernized perspectives that are informed by a philosophical subject-object divide. → more

●Article
"Every Moment Is a Moment of Learning" — Lenore Tawney. New Bauhaus and Amerindian Impulses

“I felt as if I had made a step and maybe a new form. These evolved from a study of Peruvian techniques, out of twining and twisting. Out of that came my new way of working, of dividing and separating the piece.” Lenore Tawney’s “Woven Forms” are not purpose-built in a (Western) crafts sense; they move beyond traditional European rules of weaving and attempt to approach an indigenous attitude towards craft and technique. This essay shows how Tawney charted her own unique path in fiber art by linking Amerindian impulses with Taoist concepts of space and Bauhaus ideas. → more

+ Add this text to your collection!